Bienvenue sur Zianides Tlemcen
Recherche


Tlemcen
· Accueil
· Editorial
· Histoire
· Les monuments
· Plan
· Guide local
· Mairie Tlemcen
· Recherche
· Evènements
· Annuaire Web

· Contactez nous

Région de Tlemcen
· Maghnia
· Ghazaouet
· Sebdou
· Béni snous
· Nedroma
· Remchi
· Ouled mimoun
· Sabra
· Bensekrane
· El Aricha
· Msirda

Vie pratique
· Presse
· Communication
· Infos pratiques
· Monde associatif
· Annuaire des sites
·
· Charger photos

Culture
· Musique
· Artisanat
· Cinéma
· Portraits
· Livres
· Poésie

Produits du Terroir
· Apiculture
· L''huile d''olive
· Gastronomie

Météo

 
Messali Hadj
Le père de la révolution algérienne




MESSALI HADJ
Ahmed Ould Hadj Ould Bouziane, comme il se nomme à sa naissance, en 1898, à Tlemcen, n'est, en 1916, qu'un garçon épicier qui vient d'échouer au certificat d'études primaires. L'extension à l'Algérie du service militaire obligatoire, qui révolte ses compatriotes, en fait un soldat du 20e corps d'armée à Oran; il est expédié à Bordeaux.
Le 13 octobre 1923, Messali arriva à Paris.
C'est au sein de la " colonie " algérienne que s'organisa la vie de Messali. Une semaine après son arrivée à Paris, Messali trouva du travail dans une usine textile. Sa tentative de rechercher un autre métier que celui qu'il occupait, se traduisit en fait par une véritable randonnée d'emploi en emploi .
Au début de 1926, alors qu'il venait d'adhérer à l'Etoile-Nord-Africaine, il fut engagé chez Mignapouf dans l'habillement de luxe pour femmes et enfants. Messali ne ressentait aucune volonté d'évasion hors de sa classe d'origine par la recherche d'une promotion, dans un métier stable.Son principal objectif était de se lancer dans la politique contre le colonialisme ; il suffisait alors de gagner quelque argent pour se nourrir, et ce, de n'importe quelle façon, en tout cas en y consacrant le moins de temps possible.
C'est dans ce contexte (allégement du poids des traditions, de la religion) qu'un événement important arriva à Messali le lendemain de son arrivée en France. Il fit la connaissance de sa future compagne. Elle se dénommait Emilie Busquant et était une modeste employée aux Magasins Réunis. Deux enfants naquirent de leur union: Ali, né le 8 juillet 1930 à Paris et Djanina née le 16 avril 1938 à Alger.
2. Sa vie politique
L'Etoile Nord-Africaine voit officiellement le jour en Juin 1926, date considerée comme le point de départ du courant pour l'unité et l'indépendance de l'Afrique du Nord. Messali n'a que 28 ans lorsqu'il est élu secrétaire general de l'E.N.A.
En 1927, au congrès anti-imperialiste de bruxelles, Il prononce, devant ceux qu'on appellera bientôt les leaders du tiers-monde (Nehru, M. Hatta, Ho-Chi-Minh...) un discours retentissant où, pour la première fois, est évoquée l'independance de l'Algerie.
En 1930, en pleine traversée du désert organisationnelle et politique, l'E.N.A. mandate Messali pour lancer un appel à la Societé des Nations. Ce mémoire qui comporte chiffres et statistiques demontrant la faillite de la colonisation française, sera largement diffusée par EL OUMA, journal de l'Etoile qui vient de renaître.
En 1933, l'E.N.A. rebaptisée Glorieuse Etoile, reprend ses activités. Le programme que definit alors Messali pour la nouvelle organisation est d'inspiration démocratique et socialiste, à savoir la reforme agraire, l'unité Nord-Africaine, le respect de l'islam et la lutte pour l'indépendance nationale.
Le 1er novembre de la même année, il est arrêté pour propagande antimilitaristes et conduit à la prison de la santé le 6 novembre. La Glorieuse Etoile est dissoute et reconstituée aussitôt sous le nom de Union Nationale des Musulmans Nord-Africain. Messali est élu président en Fevrier 1935.
En aout 1935, il mène campagne en faveur de l'Ethiopie qui vient d'etre agressée par l'Italie, et intervient auprè de la Societe des Nations à Genève. De nouveau condamné, il s'exile pendant six mois en Suisse ou il fait la connaissance de l'emir Chekib Arslan.
Le 2 aout 1936, il rentre a Alger où il prend la parole au stade municipale devant 20 000 personnes. Il se baisse, ramasse une poignée de terre et s'exclame: > Son nom est désormais connu dans toute l'Algerie.
A Paris le gouvernement de Leon Blum, s'inquiètant du développement du mouvement messaliste, prononce la dissolution de l'Etoile le 25 Janvier 1937.
De retour en France, Messali avec A. Fillali, un autre dirigeant, fonde à Nanterre, le 11 mars 1937, le Parti du Peuple Algerien. Il est élu president de la nouvelle organisation et retourne en Algerie pour en assurer la direction.
Le 17 mars 1941, il est condamne par vichy à seize ans de travaux forces, vingt ans d'interdiction de sejour, à la degradation civique et la confiscation de tous ses biens.
Au cours de l'année 1944, Messali fait adhèrer le P.P.A aux Amis du Manifeste et de la Liberte, association constituée par F. Abbas en mars 1944. Dans les A.M.L, les partisans de Messali gagnent la majorité avec le mot d'ordre >.
En novembre 1946 il est élu président du Mouvement pour le Triomphe des Libertes Democratiques ( M.T.L.D ) qui succède au P.P.A.
En 1951, il se rend au pélerinage de la mecque, rencontre l'emir Abdelkrim, et s'entretient avec différents leaders du monde arabe des preparatifs d'une éventuelle insurrection.
Le 14 mai 1952, un arrêté du gouvernement général vient signifier à Messali que les trois departements d'Algerie et les Territoires du Sud lui sont interdits. Il est directement transfèré a Boufarik, puis a Villacoublay par avion sans repasser par son domicile et reconduit a Niort. De sa residence forcée de Niort, Messali Hadj essaie de resoudre le grave conflit né dans le M.T.L.D.
Du 13 au 15 juillet 1954, la majorité du M.T.L.D se réunit en congrès à Hornu, élit Messali à vie et exclut les huit principaux dirigeants jugés responsables de réformisme ( connus sous le nom de CENTRALISTES ).
En janvier 1959, Messali Hadj est libère. Le M.N.A va éclater en différentes fractions: certaines rejoindront le F.L.N. Vaincu, le vieux leader se retire de la scène politique. Il refuse de participer à la conférence déviant et abandonne le pouvoir à ceux qui l' accusaient de vouloir s'en emparer. Il reste en France où il termine sa vie, vivant modestement et s'attelant à la rédaction de ses Mémoire commencées en 1970. Il meurt en juin 1974 en France.
La mort l'arrache enfin à l' exil pour le rendre àTlemcen, sa ville natale. Là, plusieurs milliers de personnes, prévenues de bouche à oreille, lui feront de grandioses obsèques le 7 juin, accompagnant son cercueil en chantant l'hymme du P.P.A.

sources : Toufik Bakhti









Copyright © de Zianides Tlemcen Tous droits réservés.

Publié le: 2005-11-28 (1085 lectures)

[ Retour ]
Site Réalisé avec PHP-Nuke

Tous les logos et marques contenus dans ce site sont la propriété de leurs Auteurs. Les commentaires sont la propiété des personnes les ayant postés, tout le reste © 2007 par nous.
Vous pouvez syndiquer nos articles en utilisant le fichier RSS backend.php ou ultramode.txt
PHP-Nuke © Stefvar.
Page générée en: 0.47 Secondes