Bienvenue sur Zianides Tlemcen
Recherche


Tlemcen
· Accueil
· Editorial
· Histoire
· Les monuments
· Plan
· Guide local
· Mairie Tlemcen
· Recherche
· Evènements
· Annuaire Web

· Contactez nous

Région de Tlemcen
· Maghnia
· Ghazaouet
· Sebdou
· Béni snous
· Nedroma
· Remchi
· Ouled mimoun
· Sabra
· Bensekrane
· El Aricha
· Msirda

Vie pratique
· Presse
· Communication
· Infos pratiques
· Monde associatif
· Annuaire des sites
·
· Charger photos

Culture
· Musique
· Artisanat
· Cinéma
· Portraits
· Livres
· Poésie

Produits du Terroir
· Apiculture
· L''huile d''olive
· Gastronomie

Météo

 
Mohamed DIB





 
Do*****ent sans-titre

  Dans l'Algérie française du début des années vingt, un jeune écrivain parvenait à faire entendre, en français, des voix jusqu'alors maintenues dans le silence de l'exclusion ou transmises au travers du prisme plus ou moins déformant d'une vision exotique ou coloniale. Fils d'artisan, Né le 21 juillet 1920 à Tlemcen, dans l'Ouest algérien Mohammed DIB est Orphelin de père en 1931. Etudes primaires puis secondaires à Tlemcen avant d'entrer à l'Ecole Normale d'instituteurs d'Oran. 1939-1940, il est instituteur dans une petite école située à la frontière algéro-marocaine, puis comptable dans les bureaux des années alliées à Oujda avant d'être interprète anglais-français auprès des armées à Alger. En 1945 il revient à Tlemcen et travaille dans la corporation des tisserands. Dessinateur de maquettes de tapis et peintre, il n'a pas encore opté pour la littérature. En 1948, il participe aux journées culturelles à Sidi Madani prés de Blida et rencontre Jean Cayrol, Jean Sénac et Albert Camus. Fraternité algérienne. Il part en France en 1952 et signe le manifeste "Fraternité algérienne" avec deux cents autres Algériens. Expulsé d'Algérie en 1959, il s'installe à Mougins, ensuite Meudon, et enfin à Celle-Saint-Cloud; près de Paris. "Regent's Professor" à l'université de Californie à Los Angeles en 1975, membre d'un jury en Oklahoma en 1976, il entreprend plusieurs voyages aux Etats Unis et en Finlande. En 1994, il devient le premier écrivain étranger à recevoir le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie française et le Grand Prix du Roman de la Ville de Paris en 1998. Le 21 Mai 2003, Mohammed DIB décède à l'âge de 83 ans laissant derrière lui des oeuvres inoubliable...
De l'Algérie à la France, la vie de Mohammed Dib, l'un des plus grands écrivains de langue française, fut plus qu'un simple exil : un parcours littéraire hors pair qui a marqué plusieurs générations de romanciers et de lecteurs autant par son exigence que par la haute liberté qui traverse son oeuvre. poète, romancier et conteur, Mohammed Dib a constamment renouvelé son écriture, puisant toujours à la source de sa terre natale pour exprimer le difficile rapport à l'autre, à l'étranger, à la double culture, et l'énigme de notre présence au monde. Dans son dernier ouvrage, Laëzza, il évoque aussi bien des passions qui ne peuvent s'inscrire dans le réel, qu'en émouvant contrepoint, sa propre enfance à Tlemcen, cette présence intacte qu'il nous transmet de manière aussi simple que lumineuse.   El Watan 10 avril 2006
Mohammed Dib, un écrivain universel Entre Laëzza et Tlemcen La littérature a été injuste avec Mohammed Dib. Les critiques littéraires surtout. Voilà un écrivain universel qui a été emprisonné dans le carcan national. Comme s’il ne pouvait pas être d’origine algérienne et touchant l’universel. L’enfant de Tlemcen, mort il y a plus de deux ans, s’est vu avec tristesse emprisonné dans sa ville natale. Qu’il parle de Finlande, pays duquel il était tombé amoureux ou de l’Amérique, on s’acharne à lui rappeler La Grande Maison (1952), L’Incendie (1954) et Le Métier à tisser (1957). Un triptyque réducteur au regard de toute son œuvre. « Dib est un immense écrivain et pas seulement un écrivain algérien. Bien sûr, l’Algérie a été son terreau romanesque, son souci et son tourment. Jusqu’à sa mort, il a été empêtré de l’Algérie, son passé, son présent, son devenir, sa représentation. Du fait d’être réduit à son identité, de souffrir du manque de considération affecté à cette identité, comme si être Algérien, Maghrébin, vous minorez tout en vous obligeant à ne parler que de ça », se désole, si justement, son éditrice Claire Delannoy. Dans son dernier livre, fini deux jours avant sa mort, Mohammed Dib démontre une fois de plus toute la liberté et le talent qui le caractérisent. Il se joue des clichés et s’approprie un équilibre assez cocasse entre Laëzza, une fille pour le moins libérée, et autoportrait, d’une rare lucidité. « J’ai fait mon lit dans la langue française ; ce n’est précisément pas un lit de roses ; un lit de roses, rien que cela. Un Algérien habitué à dormir à la dure n’en demande pas tant. » Ce qui peut ressembler à un journal recèle de perles très rares, croustillantes. A consommer sans modération. « On sait que le Paradis ne possède qu’une entrée. Mais sait-on qui en détient les clés ? L’Enfer semble, quant à lui, avoir plusieurs portes et, semble-t-il encore, elles ne sont pas gardées. » Message posthume Ses critiques acerbes font mouche. « En Algérie, on est homme de droit divin et femme de droit commun, voire sous-commun. Qu’on se reporte pour s’en convaincre, au code de la famille, un corpus de lois identique en esprit au code de l’indigénat de triste mémoire-voté dès la proclamation du nouvel Etat et légalisant l’asservissement de nos mères, de nos sœurs. » Et ce message posthume, d’une pertinence aiguë. « L’heure sonnera pour nous, écrivains algériens de langue française, quant à savoir qui recevra notre héritage après notre disparition physique. Une sacrée ambiguïté sera alors levée. A franchement parler, je ne vois pas la France prenant en charge un legs pareil. Mais l’Algérie ? Elle, l’Algérie, n’a jamais assuré un legs culturel. Elle compte parmi cette catégorie de nations anhistoriques, exonérées de mémoire. » Rarement écrivain n’a été aussi dur, aussi juste surtout. Avec beaucoup de raison. Que devient l’héritage de Mohammed Dib en Algérie ? Rien, sinon des anniversaires médiocres, phagocytés par des hommes politiques incultes. Dans Laëzza, l’écrivain se lâche enfin et prend des libertés avec le réel et la littérature. Son écriture est plus originale que jamais. Pourquoi aucun quotidien algérien n’a pensé à lui confier une chronique ? Il n’y pas que le monde littéraire et le pouvoir qui ont été injustes avec lui. L’Algérie avait, elle, toujours besoin de l’universalité de Mohammed Dib. Rémi Yacine  









Copyright © de Zianides Tlemcen Tous droits réservés.

Publié le: 2006-10-11 (756 lectures)

[ Retour ]
Site Réalisé avec PHP-Nuke

Tous les logos et marques contenus dans ce site sont la propriété de leurs Auteurs. Les commentaires sont la propiété des personnes les ayant postés, tout le reste © 2007 par nous.
Vous pouvez syndiquer nos articles en utilisant le fichier RSS backend.php ou ultramode.txt
PHP-Nuke © Stefvar.
Page générée en: 0.38 Secondes